L'axe Genre, Droit, Discriminations (G2D)

 
Cet axe s’inscrit dans la continuité des travaux menés par le Groupe genre du Lise fondé en 2005 par Chantal Nicole-Drancourt et Isabelle Berrebi-Hoffmann, et dont le but était de créer un espace de réflexion transversal sur les études de genre et les approches qu’elles mobilisent, aussi bien en sociologie que dans d’autres disciplines (droit, sciences de gestion, socio-économie, ergonomie, etc.). Depuis fin 2014, sous la coordination de Marie Mercat-Bruns, Arnaud Lechevalier et Ferruccio Ricciardi, il s’est donné une thématique commune autour de laquelle les participants – internes ou externes au labo – sont invités à intervenir : « Jeux de frontières : catégories, genre, politique ».
A partir des terrains spécifiques à chaque chercheur, le séminaire de l’axe invite à réfléchir au processus de « fabrication » des catégories dans les rapports de genre, dans le sens où celles-ci seraient appréhendées aussi bien comme outils de pensée et d’action contribuant à façonner les « mondes sexués ». Loin d’être figées, ces catégories mobilisées dans des espaces différents (travail et entreprise, famille, politiques publiques, action collective…), qu’elles soient de type juridique, administratif, statistique, socioéconomique ou politique, sont traversées par des débats, des remises en cause, des conflits, des cristallisations qui engagent des acteurs et des institutions divers. Elles sont, en d’autres termes, le résultat d’un processus à géométrie variable, dont les étapes (genèse, institutionnalisation, transformation, éclatement) méritent d’être interrogés. C’est justement l’objectif du séminaire, qui envisage de s’intéresser à des « notions sous tension » dont l’étude permettrait de mieux comprendre l’évolution des relations de genre et la production des hiérarchies qu’elles engendrent.

Programme

Le séminaire de l’axe G2D, aussi cette année porte sur l’analyse des processus de « fabrication » des catégories dans les rapports de genre. Celles-ci sont appréhendées aussi bien comme outils de pensée (notions, représentations, grilles de lecture…) que comme outils d’action (lois, statistiques, dispositifs administratifs, politiques publiques…) contribuant à façonner les « mondes sexués ». Il s’agit de comprendre comment ces catégories mobilisées dans des espaces différents (travail et entreprise, famille, politiques publiques, action collective…), qu’elles soient de type juridique, administratif, statistique, socioéconomique ou politique, sont traversées par des débats, des remises en cause, des conflits, des cristallisations qui engagent des acteurs et des institutions divers. Il s’agit également de retracer les étapes principales (genèse, institutionnalisation, transformation, éclatement) dont ce processus se compose et, le cas échéant, d’identifier les dynamiques qui l’animent. Le genre est ainsi conçu comme le prisme permettant d’interroger les multiples interactions (entre acteurs, argumentaires, échelles) qui participent à la construction/déconstruction à la fois des représentations et des dispositifs à l’œuvre dans ce type de relations. A l’aune de cette thématique fédératrice, le programme de l’axe s’articule autour de séminaires réguliers (environ un séminaire chaque deux mois) ayant une forme variable, de la revue critique des approches de genre mobilisées par les différentes disciplines (histoire, économie, droit, sciences de gestion, science politique, sociologie) à l’échange informel sur les respectifs domaines et activités de recherche, en passant également par l’invitation d’intervenants extérieurs.

Séminaire de rentrée 2018

  • 28 septembre 2018.

Conférence de Geneviève Fraisse, Philosophe et historienne de la pensée féministe, Directrice de recherche émérite au CNRS (section 35 - philosophie) : "Colporteuse, ou l'épreuve de l'histoire ; une épistémologie féministe"

Discutantes : Marie-Mercat Brun (Cnam, Lise-CNRS), Frédérique Pigeyre (Cnam, Lise-CNRS).

Les thèmes de recherche de Geneviève Fraisse portent sur la controverse des sexes, d’un point de vue épistémologique et politique - suivant trois axes : la généalogie de la démocratie, les concepts de l’émancipation citoyenne et artistique et la problématisation philosophique de l’objet « sexe/genre ».

1) Construction d’une « généalogie démocratique », à partir de la Révolution française, pour mettre en lumière la « démocratie exclusive », le débat sur la raison des femmes et le paradoxe entre représentation politique et gouvernement. La perspective des arts montre le "dérèglement" des
représentations à l’intérieur même de la tradition.
2) Réflexion sur des notions conceptuelles telles que le service, le consentement, la mixité, le privilège, en relation avec les concepts d’égalité
et de liberté.
3) Lectures du débat conceptuel « sexe/genre » dans la tradition philosophique et historique.

Choix est donc fait d'insister sur la réflexion épistémologique plutôt que sur une proposition théorique, sur le « comment penser » la question des sexes. Il ne s’agit pas d’énoncer ce qu’il en est du sexe et du genre ; il faut s’entretenir à l’idée d’une "catégorie vide", et privilégier la recherche des effets produits par la sexuation du monde dans les champs de la vie humaine.

Biographie de Geneviève Fraisse

Séances du séminaire 2017-2018

  • 13 avril 2018. Esmeray Yogun (Lise-Cnam) : « Les stratégies d’insertion professionnelle des femmes migrantes hautement qualifiées en France »
  • 31 mai 2018. Helene Périvier (SciencesPo Paris) : « Le défi de la mesure des discriminations : le recrutement des musicien-ne-s dans les orchestres »
     
  • 26 juin 2018. Arnaud Lechevalier (Université Paris Sorbonne et Lise) : « Comment le genre travaille les disciplines en sciences sociales »

Journée d'études

  • 20 octobre 2017 : Journée d’études « Jeux de frontières : catégories et genre au croisement des disciplines » Programme de la journée

AxeG2D

Rappel. Calendrier 2016-2017

14 octobre 2016 : intervention de Philippe Reigné (LISE-CNAM) sur « Les conditions de changement de l’état civil »

16 mars 2017 : réunion extraordinaire pour réfléchir aux orientations futures de l’axe dans le cadre de l’élaboration du nouveau projet scientifique du laboratoire

21 avril 2017 : intervention de Claire Grino (Université Paris Sorbonne) sur « Philosophie et genre : corps, genre et nouvelles technologies biomédicales »

26 juin 2017 : préparation de la journée d’étude prévue en octobre 2017