Guillaume Lecoeur

   
GL

Dernières publications

  • Lecoeur G, 2018. Recension de l’ouvrage de Alain Max Guénette et Sophie Le Garrec (dir.), « Les peurs au travail », Sociologie du travail, Vol. 60 - n° 3 | Juillet-Septembre.
  • Lecoeur G, (Philippe Zawieja, dir), 2016., « Fatigue au travail », Dictionnaire de la fatigue, Dalloz, Paris.
  • Lecoeur G, (Yannick Lintz, dir). 2016. « Syndicalisme », Dictionnaire de l’Histoire du Louvre, Louvre éditions, Paris.
  • G. Lecoeur, 2014. « Recension de : Jean-Noël Jouzel, Des toxiques invisibles. Sociologie d'une affaire sanitaire oubliée », Sociologie du travail.
   
Guillaume Lecoeur a rejoint le LISE à la fin de l’année 2010. Docteur en sociologie, il a soutenu une thèse de doctorat en 2018 qui s’intitule "De la gestion des maux au "travail des mots". Contribution à une sociologie historique d'un répertoire sémantique des maux du travail (XVIIème siècle à nos jours)". A partir d’une enquête qui mêle recherche sur archives, entretiens et observation participante, son travail apporte un éclairage sur le processus de construction des catégories de santé mentale au travail comme celle de « fatigue au travail », « stress au travail », « burn out », « souffrance au travail » ou encore « Risques psycho-sociaux ». En portant attention à l’étude des trajectoires sociales des acteurs qui ont été les premiers à utiliser et promouvoir ces catégories, sa thèse a permis d’historiciser la production de ce répertoire sémantique, tout en éclairant les conditions d’émergence et d’institutionnalisation de certaines disciplines des sciences du travail humain comme la sociologie du travail et la psycho dynamique du travail. Guillaume Lecoeur est membre de l’axe Travail depuis 2010. Il a contribué à plusieurs projets de recherche collectifs comme l’ANR ZOGRIS, l’ANR Marianne Weber, et le projet « Orange Lab ». Il a également crée et co-animé un atelier d’écriture dédié à l’épistémologie des sciences sociales. Il enseigne aujourd’hui dans différentes universités et écoles supérieures comme le CNAM, le CELSA et l’ETSUP. Ses thématiques d’enseignement vont des cours théoriques et méthodologiques sur les fondements de la sociologie à des domaines plus spécialisés comme « la sociologie de la santé » la « sociologie du travail », la « sociologie de l’emploi » et la « sociologie des sciences ». Ses publications ont acquis un rayonnement international dans le domaine de la santé au travail et des processus de catégorisation.

 Plus d'informations


Publications sur CAIRN

Autres publications

  • De la gestion des maux au travail des mots, contribution à une sociologie historique du répertoire sémantique des maux du travail, Thèse de doctorat, Cnam, 2018. Disponible en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01871774
  • Bureau M-C, Corsani A, Lallement M, Lecoeur G, (2017), Les formes émergentes de travail (Fablab, Tiers Lieu et coopératives), rapport d’expertise, entreprise Orange.
  • Lecoeur G., Borisova K, Roux. N, (2015), Contribution à une enquête collaborative pour le magazine sciences humaines.
  • Lecoeur G, (2014), Recension de l'ouvrage de Jean-Noël Jouzel, « Des toxiques invisibles. Sociologie d'une affaire sanitaire oubliée », Sociologie du travail, vol. 56, n° 1, jan-mars, pp. 157-160.
  • Lecoeur G, (2014), Recension de l'ouvrage dirigé par Philippe Zawieja et Franck Guarnieri,« Epuisement professionnel, approches innovantes et pluridisciplinaires », Sociologies Pratiques, n°29, oct, pp. 115-116.
  • Lallement M, Lecoeur G (2012), Le transformazioni della qualità del lavoro in Francia : evoluzioni, implicazioni et dibattiti contemporanei, Sociologia del lavoro, septembre, n°127, p. 195-208.
  • Lecoeur G, (2012), Recension de l'ouvrage de Caroline Datchary, « La dispersion au travail », la Nouvelle Revue du Travail.
  • Lecoeur G, (2011), « Le stress : un objet d’étude pertinent pour les sciences sociales ? », Revue Idées, juin, n°164, Paris, p.51-59.