Marie-Anne Dujarier

MD

Publications récentes (sélection)

  • Troubles dans le travail. Sociologie d’une catégorie de pensée. Paris, Puf, 436 p.
  • avec Gillet A., Lénel P. (dir.), 2021. L'activité en théories. Regards croisés sur le travail. Tome II. A quoi nous sert l'activité pour comprendre le travail contemporain ? Toulouse, Octarès, 355 p.
  • avec Boussard V., Ricciardi F. (dir.). 2020. Les travailleurs du management. Acteurs, dispositifs et politiques d’encadrement, Toulouse, Octarès, Le travail en débats, Hors série.
  •  (dir.), 2020. Travailler sur le travail. Histoire de vie et choix théorique. Clinique & Changement Social, Paris, L’Harmattan.
  • 2019. « Vertical division of labour : A sociology of work of the remote organisers”, Work Organisation, Labour and Globalisation, p. 7-19.
  • 2019. Le sens de l’entrepreneuriat de soi sur les places de marché numériques de bricolage. Nouvelle revue de psychosociologie, 27(1), p. 65-77.

Marie-Anne Dujarier est Professeure à l’Université de Paris (site Denis Diderot) et membre du Laboratoire de Changement Social et Politique (LCSP). Elle est responsable du Master Sociologie clinique et Psychosociologie et plus spécifiquement du Master Recherche. Elle a précédemment enseigné comme ATER au CNAM, puis en tant que maîtresse de conférences à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle ainsi qu’à l’École Polytechnique. Membre du LISE de 2007 à 2016, elle y a co-animé l’axe « travail » et co-fondé l’atelier « Critique ». Elle est membre du conseil scientifique des JIST, membre du Bureau de Sociologie du Travail de l’AISLF, de celui de Sociologie Clinique de l’AFS. Membre de comités de rédaction de revues - SociologieS, Travailler,  Connexions, Les mondes du travail, et Work Organisation, Labour and Globalisation (WOLG)-, elle est aussi membre du comité Éditorial de la collection « Travail et activité humaine » chez Octarès, depuis 2016.
Ses recherches portent sur l’encadrement social de l’activité humaine. Elle montre que ce que notre société dénomme « travail », comporte trois enjeux vitaux : l’activité dans laquelle se construit le sens et la santé ; la production, dont l’utilité pour la subsistance est plus que jamais questionnée ; et l’emploi, sous toutes ses formes, charriant des enjeux de subordination et de solidarité. La catégorie de pensée « travail » invite à considérer ce que nous faisons au monde, dans ces dimensions existentielles, matérielles et sociales.
Ses enquêtes cliniques, dans des grandes organisations privées et publiques, comme dans les « start-up », rendent compte des transformations de l’activité des prescripteurs (les dirigeants et les cadres), des dispositifs de « management » qu’ils fabriquent et diffusent (pilotage par les chiffres, évaluation, démarches qualité, coproduction du client, management à distance, précarisation de l’emploi...) et de la manière dont les salariés, indépendants et consommateurs les expérimentent et les transforment. Cette sociologie de l’activité met en exergue des faits sociaux saillants de notre société, tels que l’idéalisation des exigences dans la prescription, la mise au travail des consommateurs et consommatrices, le management à distance, la place des rapports sociaux sans relations et du capitalisme ludique…

 

English version

Autres informations et liens utiles


Formation et parcours professionnel

  • Professeure de Sociologie à Paris 7 – Denis Diderot
  • Maître de conférences à l’Université Paris III- Sorbonne Nouvelle (2005-2016)
  • Professeure à l’École Polytechnique (2005-2011)
  • ATER au CNAM (2003-2005)
  • Doctorat de sociologie du Pouvoir, Université Paris VII, 2004
  • DESA (Master 1) de psychologie du travail, CNAM, 2003
  • 12 ans d'expérience professionnelle en entreprises, administrations et associations
  • DEA de Sociologie des organisations, IEP Paris, 1989
  • Licence d’Histoire, Université de Rouen, 1988
  • Diplômée de l’ESC Rouen, 1988
  • Prépa H.E.C. (1985)