Michel Lallement



photo:belles lettres

Publications récentes (sélection)


  • M. Lallement, Logique de classe. Edmond Goblot, la bourgeoisie et la distinction sociale, Paris, Les Belles Lettres, 2015.
  • M. Lallement, L'âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Le Seuil, 2015.
  • M. Lallement, Tensions majeures. Max Weber, l’économie, l’érotisme, Paris, Gallimard, NRF Essais, 2013.
  • M. Lallement, et. al., Sociologie du travail, numéro spécial « Comparer : enjeux théoriques et méthodologiques », vol. 55, n° 2, avril-juin 2013. 
 
Michel Lallement est professeur titulaire de la chaire d’Analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations du Cnam depuis 2000, après avoir enseigné à l’ENS de Fontenay-Saint Cloud, l’université de Paris X et l’université de Rouen. Il enseigne la sociologie du travail et de l’emploi, la sociologie de l’action collective et la sociologie générale. Ses travaux portent sur les transformations du travail dans ses dimensions multiples (organisation, temporalités, relations professionnelles, marché, trajectoires sociales…). Particulièrement intéressé par les comparaisons internationales, il inscrit ses travaux dans des réseaux internationaux, dont actuellement deux ANR, l’une consacrée à la construction des catégorie de genre en France et en Allemagne et l’autre aux zones grises de l’emploi (à travers l’analyse des hackerspaces, Fablabs…). Michel Lallement est par ailleurs membre des comités de rédaction de L’Année sociologique et de Sociologie du travail, et membre du comité d’organisation du Mage (réseau « Marché du travail et genre »).