Journées transversales de la recherche sur l'expertise au Cnam

Appel à contributions/communications (courtes) sur l'expertise

1 janvier 2019
8 mars 2019

L'occasion est offerte aux chercheur.euse.s du Cnam, de tous les laboratoires en sciences de l'ingénieur.e, sciences sociales, sciences comportementales ou humanités, d'échanger autour de la thématique de l'expertise. Les axes : médecine & santé, économie, numérique & territoires. Mais libres à vous d'en proposer d'autres... À vos claviers !

Les Journées transversales sur les recherches autour de l’expertise ont pour objectif de saisir les dynamiques d’usage de l’expertise dans divers domaines tels que l’économie, la médecine, le développement durable ou encore le numérique. Dans un contexte de fragilité de l’expertise, il s’agit dans un premier temps de s’interroger sur la généalogie de l’expertise en essayant de saisir les points d’évolutions dans les domaines majeurs. Quelle généalogie des modèles pouvons-nous construire à partir de nos expériences de recherches et d’études autour de l’expertise ? Finalement, qu’est-ce que l’expertise, et en quoi consiste-elle, concrètement ? On peut d’ores-et-déjà attribuer à l’expert deux fonctions majeures : celle d’authentification – c’est le cas, par exemple, de l’expertise dans le domaine de l’art – et celle d’orientation des décisions – on peut citer l’expert en économie qui, sollicité par des décideur.euse.s politiques donne son avis sur une problématique donnée. Le rôle des instruments ne doit pas être négligé puisque participe d’une forme de légitimation de l’expertise. On accordera une place centrale aux lieux, objets et échelles territoriales de l’expertise en ce qu’ils nous permettent de contextualiser les différentes analyses présentées. Dans un second temps, on propose de s’intéresser à la crise de l’expertise et à ses fondements. En quoi pouvons-nous parler de « crise de l’expertise ». A cette question, il est nécessaire de liée celle de la confiance, et notamment la confiance envers les institutions et certains corps de métiers, telle que la médecine, la politique ou encore l’industrie. Si ce lien a largement été abordé dans la littérature, sa prise en compte politique semble quant à elle assez tardive par rapport aux conséquences engendrées par cette crise.

Les propositions de communication, d’une page, devront être envoyées à l’adresse suivante : saliha.hadna@laposte.net et indiquer dans l’objet du mail « JTRE 2019 ». La deadline est fixée au 28 février 2019. Le programme définitif des journées sera envoyé aux participant.e.s le 17 mars 2019. Il est à noter qu’étant donné la richesse des objets d’étude analysés au sein des laboratoires du Cnam, la liste des axes ci-dessous ne peut prétendre à l’exhaustivité. Les participants pourront donc mobiliser un ou plusieurs axes présentés ci-dessous, ou en proposer de nouveaux.

Médecine et santé

Les usages de l’expertise dans le domaine de la sécurité sanitaire

  • Quelles sont les différentes évolutions institutionnelles subies par la sécurité sanitaire ?
  • Comment les dispositifs de sécurité sanitaire tentent-ils de répondre aux exigences de transparence vis-à-vis des publics concernés et comment s’articulent les différentes échelles territoriales en présence ?
  • Dans quelle mesure les rapports entre le secteur médical et le secteur industriel ont-ils été éclaircis/posent-ils encore problème en termes de transparence ?

Remise en cause de l’expertise et impacts des scandales sanitaires en France

  • En quoi peut-on parler d’une « crise de la confiance » dans le domaine de la sécurité sanitaire ?
  • Quels ont été les effets de cette montée de la défiance citoyenne vis-à-vis du corps médical ?
  • Dans quels cas pouvons-nous parler d’opacité, et quelles ont été les initiatives (citoyennes ou politiques) pour lutter contre ce phénomène ?
  • Quelles ont été les réponses politiques à cette montée de la défiance citoyenne ?

Économie

Histoire et généalogie des instruments de l’expertise en économie

  • Comment aborder l’histoire de l’expertise dans le domaine économique ?
  • Quels sont les outils de l’expertise économique dans le conseil politique ?
  • En quoi l’outils statistique permet-il de répondre à des enjeux politiques ? À quels moments son usage peut-il être remis en cause ?
  • Quels sont les outils de la prospective ?
  • En quoi consistent les scénarios économiques en assurance ?

L’expertise : de la crise à la résilience

  • Quels sont les outils et modèles mobilisés en économie pour tenter d’anticiper/faire face à une crise ?
  • De quelle manière est-il possible d’envisager la résilience ?

Risques et environnement

Les enjeux de l’expertise dans les décisions relatives aux activités industrielles et aux risques technologiques

  • Quels ont été les cas majeurs de remise en cause de l’expertise à des fins de protection d’une activité industrielle et comment, dans ce contexte, l’expertise s’est-elle construite ? (Dieselgate, tabac, pesticides, OGM, ...) ;
  • Quels sont les outils de la prévision technologique ?
  • Quels sont les rôles du Groupe d’Expert.e.s intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et comment ses expert.e.s travaillent-t-ils à l’évaluation des connaissances scientifiques dans le domaine du réchauffement climatique ?
  • Quelle sont les outils à disposition des décideurs politiques pour engager une meilleure prise en compte de l’intérêt environnemental dans le secteur industriel ?
  • Comment le secteur industriel peut-il être en mesure d’anticiper, voire d’impulser des préoccupations environnementales ?

La crise de l’expertise : études de cas

  • Comment se traduit une « crise de l’expertis e» et à quelles configurations peut- elle donner lieu (études de cas) ?
  • Quels sont les moyens des experts pour y répondre ?
  • Les échelles en présence ont-elles une influence sur la résilience ou sur le traitement de la crise ?

Numérique et territoires

L’expertise au service de l’ingénierie territoriale

  • Qu’est-ce que l’ingénierie territoriale et en quoi peut-elle être mobilisée en tant qu’expertise ?
  • Quelles expertises sont mises en œuvre pour interagir et assurer le développement des territoires à l’ère du numérique ?
  • ...

Comité d’organisation

Jean Claude Ruano-Borbalan (HT2S) , Philippe Durance (Lirsa), Saliha Hadna (HT2S).
Ont pris part à l’élaboration également, selon disponibilité : Léa Lima (Lise/en année recherche à l’étranger), William Dab (MESuRS), Maryse Carmes (Diden-IDF), Bertrand Boquet (HT2S).